Voila quatre documents que j’ai lu très succinctement et qui m’ont intrigué. Je n’ai pas eu le temps de vraiment d’analyser. Si quelqu’un peut les lire et m’en faire une bonne analyse, il en sera grandement remercié.

1.- Les jésuites chez les francs-maçons

https://histoire-image.org/fr/etudes/jesuites-francs-macons

2.- Un autre document trouver sur le web

J’ai trouvé ce document sur un site web que je n’arrive pas à retrouver. Je vous invite à le télécharger pour qu’il ne soit pas perdu.

les jésuites et les FrancsMaçons

3.- Education jésuite

J’ai trouvé ce site portant le nom d’Education jésuites, est-ce un site officiel de la Compagnie de Jésus, je ne peux pas l’affirmer, et même j’en doute, mais en tout cas fait pas des amis de la compagnie. Je suis tombé sur une page : Quelles sont les différences entre les jésuites et les jansénistes ?  le dernier chapitre :

Le franc-maçon a été fondé par un jésuite. Par ailleurs, la structure adoptée par les Jésuites et le franc-maçon est identique, elle se base sur le respect des vœux et le culte du secret ! Concernant la question, peut-on être franc-maçon et chrétien ? Les réponses des hommes d’Église diffèrent. Si le Cardinal Ratzinger, l’épiscopat allemand, les papes Clément XII, Benoît XIV, Pie VII et Léon XIII sont tous d’accord sur l’incompatibilité des 2 concepts, d’autres hommes de foi sont plutôt favorables. Le pasteur Claude Jean Lenoir, le père Riquet, le père Caprile, le Père Beyer pensent ainsi qu’un chrétien peut parfaitement être franc-maçon. Le curé de Genève vit sereinement sa double appartenance. Il fut ordonné en 1996 puis devient membre du Grand Orient depuis 2001.

4.- La Franc-maçonnerie et les jésuites

 J’ai trouvé un texte sur un site en espagnol, de l’Universidad Nacional de Educación a Distancia, plus connue sous le nom UNED, c’est un organisme officiel de l’Etat espagnol. Avec translate.google, je l’ai traduit en françai, donc une traduction en partie incorrecte.. Il se trouve sur la page : LA MASONERÍA Y LOS JESUITAS. Il transmet deux informations contradictoires. Au XVIIIe siècle des auteurs, de divers lieux, France, Angleterre, Ecosse, Bavière, accusent les jésuites d’avoir ou fondé la franc-maçonnerie, ou de l’instrumentaliser au bénéfice de leur pouvoir. Au XIXe siècle des auteurs, proches des jésuites, accusent la franc-maçonnerie de complot contre les jésuites et l’Eglise catholique.

Si l’on analyse la vaste bibliographie consacrée au sujet des jésuites et des maçons, trois approches disparates peuvent être établies:

 1º À la fin du XVIIIe siècle, étant donné la prolifération des Hauts Degrés au sein de la franc-maçonnerie et l’importance de la légende maçonnique autour des Stuarts, le mythe d’une tentative d’étouffement de la franc-maçonnerie par les jésuites a été introduit. précisément à une époque où ceux-ci n’existaient plus en tant que tels après la suppression papale de la Compagnie de Jésus en 1773. En ce sens, J. Blum ( Starck et la querelle du crypto-catholicisme en Allemagne, París, 1912) constata que en la segunda mitad del siglo XVIII hubo dentro de la masonería alemana, además de las corrientes mística y alquímica, una corriente católica y entre ciertos masones protestantes una inclinación al catolicismo, derivada del hecho de que, bajo pretexto de ritos masónicos, fueron practicados gran número de ritos católicos. Parece ser que algunos protestantes rígidos y masones racionalistas vieron en ello manejos subversivos que dieron origen a acusaciones de cripto-catolicismo. Entonces, la leyenda masónico-jesuítica tomó forma definitiva cuando se creyó descubrir que los responsables de estas intrigas eran ex-jesuitas, quienes tras la supresión de la Compañía no habían abandonado la lucha y ocultaban cuidadosamente sus actividades. De esta forma, la leyenda jesuítica vino a ocupar su lugar en el ya rico ciclo de las fábulas masónicas.

Rappelons-nous que dès le XVIIe siècle, des protestants jaloux avaient associé les jésuites aux Rose-Croix. Cette accusation serait renouvelée après la dissolution de l’ordre des jésuites, étant à nouveau accusé d’avoir ressuscité la Confraternité des Rosa-Cross pour servir de paravent et ainsi pouvoir entrer dans les loges maçonniques.

Ainsi, par exemple, certains Maçons ont supposé que les initiales SI ( Incogniti Supérieurs ) qui désignaient les Supérieurs Inconnus, signifiaient en fait Societatis Iesus . Et une publication, publiée à Berlin en 1782: « La Rose Croix mise en scène » jugeait Rosa-Cruces et les Templiers comme des marionnettes manipulées par les jésuites.

Johann Joachim Christoph Bode ( 1730 – 1793 ) était un militaire , journaliste et traducteur de l’ Allemagne . Fondateur des Illuminati bavarois sous le pseudonyme « Amelius ».

 

Haut dignitaire de la Stricte Observance, Christophe Bode, a écrit et édité un Mémoire à Weimar en 1781 déclarant que les jésuites auraient inventé la franc-maçonnerie symbolique au XVIIIe siècle pour lutter contre le protestantisme triomphant en Angleterre depuis Cromwell. Après la deuxième révolution anglaise (1689), les jésuites auraient constitué la franc-maçonnerie écossaise, puis la franc-maçonnerie templière pour œuvrer à la restauration des Stuarts et ainsi rétablir l’hégémonie de la religion romaine en Angleterre. De plus, ils auraient favorisé la diffusion des hauts diplômes écossais et templiers dans les pays protestants du continent pour cacher leurs objectifs contre la religion réformée. Enfin, il a analysé le rituel et le symbolisme maçonniques, trouvant partout l’alliance des jésuites et des Stuarts. Bode finirait par trouver des alliés fidèles de sa théorie parmi les Illuminati bavarois, en particulier Adolf Knigge, le véritable organisateur de cet Ordre [hors franc-maçonnerie] fondé par Adam Weishaupt, professeur de droit à l’Université d’Ingolstadt, pour lutter contre la domination. que le clergé catholique et les anciens jésuites exerçaient dans l’électorat dans toutes les branches de l’éducation.

Adolf Knigge, baron de l’Empire, a écrit plusieurs articles; «Tentatives d’ex-jésuites pour rétablir la barbarie et l’ordre des jésuites en Bavière», «Avertissement aux princes allemands de les mettre en garde contre l’esprit et les poignards des jésuites» ou «Jésuites, francs-maçons et roses-croix allemandes» sous la signature falsifiée de «Joseph Aloys Maier, ancien membre de la Compagnie de Jésus». Knigge accuse les Rose-Croix de Berlin d’avoir concocté un complot, plaçant la maçonnerie entre les mains des jésuites. Cependant, Knigge s’est inspiré des Provinciaux de Blaise Pascal et du Compte rendu des Constitutions des Jésuites, de Carendenc de la Chalotois, procureur général au Parlement de Rennes.

Dans le même ordre d’idées, l’ouvrage de Friedrich Nicolaï, Essai sur les accusations intentées aux Templiers et sur le secret de cet Ordre, avec une dissertation sur l’origine de la Franc-Maçonnerie (1783), traduit de l’allemand, dans lequel il déclare que les jésuites ont tenté de prendre la direction de la franc-maçonnerie en 1685 lorsque Jacques II monta sur le trône anglais. Et certains journaux protestants soutenaient que les jésuites, vers 1769, lorsqu’ils virent que l’existence de la Compagnie de Jésus était très menacée, ils se réfugièrent dans la franc-maçonnerie pour sauver ainsi leur organisation et une partie de leurs capitales.

L’intérêt de toutes ces publications n’est que rétrospectif, car il n’y a évidemment rien de sérieux dans aucune d’elles. Cependant, ils montrent jusqu’où la psychose contre les jésuites a atteint dans certains secteurs de la franc-maçonnerie à cette époque.

Cependant, et curieusement, la franc-maçonnerie, qui avait été condamnée par Clément XII (1738) et Benoît XIV (1751), trouva son plus grand défenseur dans un ancien jésuite et franc-maçon, Karl Joseph Michaeler, recteur de l’université d’Innsbruck, où il était Professeur d’histoire universelle, qui a publié son « Pour le réconfort d’un catholique concernant la bulle papale contre la franc-maçonnerie » (Nuremberg, 1782). Trois ans plus tard, Michaeler était à Vienne comme directeur de la bibliothèque universitaire et membre de la loge Concorde Saint-Jean de la Vraie , sur la liste de laquelle se trouvent onze autres ecclésiastiques catholiques.

 2º Après la Révolution française, toute une littérature accusatrice va proliférer qui contribuerait à la création du fameux «complot» maçonnique-révolutionnaire contre le trône et l’autel, aussi incohérent et faux que le précédent «complot» jésuite contre la franc-maçonnerie. Dans l’élaboration de cette nouvelle légende, nous rencontrons d’anciens jésuites. Ainsi, par exemple, il y a une brochure d’un ancien jésuite, Lo spritio del secolo XVIII scoperto agl´incauti per condom ou rimedio alla seduzione corrente (Philadelphie, 1790), qui affirmera que la cause des «révolutions actuelles» est l’œuvre de la «conspiration méchante et redoutable des trois mauvaises sectes de philosophes, Fragmasons (sic) et jansénistes pour révolutionner le monde, renverser les trônes et opprimer la religion ». Dans le même esprit, l’ouvrage de l’ancien jésuite Luigi Cuccagni, lecteur du Collège Farnèse de Rome, a été publié en 1790; Brève dissertation… même si elle tourne autour d’un provare que la setta regnante di Liberi Muratori est une diramazione della setta dei manichei (Rome, 1791). Ou le travail de l’ancien jésuite espagnol, Pedro Mogas, qui a publié à Assise (1793) une traduction italienne du livre de l’abbé Larudan (peut-être pseudonyme), Je Liberi Muratori schiacciti. Origine, doctrina ed Avanzamento Della setta philosophica, maintenant dominante .

Lorenzo Hervás y Panduro ( Horcajo de Santiago , 1735 – Rome , 1809 ),  jésuite , linguiste et philologue

Un autre ex-jésuite, Lorenzo Hervás y Panduro, a écrit (1794) Causes de la Révolution française en 1789, et les moyens que les ennemis de la religion et de l’État ont utilisés pour la réaliser , qui a été publié avec ce titre dans 1807 (Madrid, 2 vol.), Bien qu’il fût déjà apparu à Madrid (1803) sous celui de la Révolution civile et religieuse des Français en 1789: ses causes morales et les moyens utilisés pour la réaliser . Et à partir de 1794, il est tiré du pamphlet anonyme Coup d´oeil d´un Vieux observateur de la Révolutión Française, ou la destruction des Jésuites; regardée comme une des principales causes de cette Révolutionqui a été immédiatement traduit en italien (Bologne, 1800), probablement par un ancien jésuite, qui dans certains ajouta « osservazioni » loue la Compagnie de Jésus et rappelle sa survie en Russie blanche. Hervás se prolonge dans la naissance de ce qu’il appelle «la bête démocratique», ainsi que dans celle de l’idéal de liberté «le fruit abominable des sectes jansénistes, philosophiques et maçonniques». En particulier, il dira que la véritable fonction de la franc-maçonnerie dans le travail révolutionnaire consistait à détruire le catholicisme et les monarchies, à travers la diffusion des idées de liberté et d’égalité.

Cependant, ce sera l’ancien jésuite, Augustin Barruel, qui avec ses Mémoires pour l’histoire du Jacobinisme(Londres, 1797), dirigera une machine de guerre beaucoup plus redoutable que les précédentes contre la franc-maçonnerie, au point d’être considérée par l’historiographie comme le père de l’anti-franc-maçonnerie, puisque tous ceux qui attaqueront plus tard l’Ordre maçonnique, le feront ont été inspirés par lui. De Barruel, en premier lieu, il faut dire qu’il a quelque chose de positif, puisqu’il distingue clairement la franc-maçonnerie anglaise ou anglo-saxonne, pour laquelle tout est louange, du français, selon lui, l’hérétique, déviant, qui conduit à la révolution, à la l’aberration des éclairés, des martinistes, etc. La franc-maçonnerie anglaise le connaissait bien de sa propre expérience, puisqu’il était un maçon initié, selon lui, ne rien voir en elle qui soit contraire à l’honneur ou à la religion. La Maçonnerie qu’il qualifie de «révolutionnaire», il la connaît indirectement, à travers des rituels et autres écrits, qu’il interprète sous un prisme inexact à bien des égards. Son livre est une défense désespérée de la royauté vaincue par la révolution. Pour Barruel, la Révolution fait partie d’un mouvement subversif maçonnique universel contre toute religion et tout gouvernement.

La même année que Barruel a publié ses Mémoires , le protestant John Robinson l’a fait avec des preuves d’une conspiration contre toutes les religions et gouvernements de l’Europe, menée dans les réunions secrètes des francs-maçons, éclairer et lire les sociétés (Londres-Édimbourg), llivre anti-maçonnique et, en même temps, anti-jésuite, avec lequel il est destiné à démontrer une double thèse: que la franc-maçonnerie a eu une grande part dans les dissensions qui ont surgi contre la religion chrétienne; et que les jésuites avaient fréquemment participé à la plupart des dissensions et des innovations répréhensibles introduites après la suppression de l’ordre de Loyola. Ces «frères» intrigants auraient tenté de préserver leur influence à travers la franc-maçonnerie, dont le but était de détruire tous les établissements religieux et gouvernements existants en Europe.

Jean Joseph Mounier ( Grenoble , 1758 – Paris , 1806 ) avocat élu député aux États généraux en 1789 . Il a proposé le serment du jeu de balle et, en tant que membre de l’ Assemblée nationale constituante , il a été l’un des principaux promoteurs de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen . Admirateur des institutions britanniques, il défendit une monarchie constitutionnelle. Il s’exile en Suisse en 1790 , rentra en France en 1801 et fut conseiller d’État en 1805

Une des meilleures réponses à ce type de littérature conspirationniste, pour sa clarté et son objectivité, est celle de Jean Joseph Mounier: De l´influence attribuée aux philosophes, aux franc-maçons et aux illuminés sous la Révolution française (Tübingen, 1801). Plus tard, ils ont traité du sujet, entre autres: WK Firminger, Les romances de Robinson et Barruel (Londres, 1937), et M. Defourneaux, Complot maçonnique et complot jésuitique (Paris, 1965).

3º Le double mythe maçonnique-révolutionnaire, d’une part, et jésuite-maçonnique, d’autre part, s’est poursuivi tout au long du XIXe siècle, produisant une bibliographie étendue dans laquelle les jésuites prenaient ouvertement parti dans leurs attaques contre la franc-maçonnerie, tandis que celui-ci, surtout le latin, continuait de correspondre dans la même mesure contre les jésuites. Et tout comme au XVIIIe siècle, la légende s’est formée que les jésuites étaient entrés dans la franc-maçonnerie (selon certains, pour la détruire et, selon d’autres, uniquement pour l’utiliser). Au XIXe siècle, lors de la célébration du centenaire de l’expulsion des jésuites du Portugal, de France et d’Espagne, la légende a été créée que ces expulsions et leur extinction pontificale ultérieure,

Tout au long du XIXe siècle, proliféra un type de littérature dans lequel le binôme jésuite-maçon existe. Voici quelques-unes de ces publications: Friderich: Der Freimaurerbund und die jesuitisch-hierachische Propaganda (Berlin, 1838); Anonyme: Les francs-maçons et le jésuitisme (Montevideo, 1859); Honoré Bondilh: Jésuites et Francmaçons et Impostures jésuitiques du Journal Le Monde contre la Francmaçonnerie (Marseille, 1861 et 1865); Bruno Bauer, Freimaurer, Jesuiten und Illuminaten in ihren geschichtl. Zusammenhange (Berlin, 1863); Anonyme, Der Jesuit und der Freimaurer oder die ungleichen Brüder. Volk d’Eine Erzählung fur (Mayence, 1872); Antínio Macedo Costa (évêque d’Olinda), A Maçoneria e os Jesuitas. Instrução pastorale (Ihla das Cobras, 1875); C. Auvert, Les Jésuites et les Francs-Maçons (Paris, 1877); H. Homer, francs-maçons et jésuites. Notes comparatives (Madrid, 1880); Louis Amiable, L’Internatinale Notre et la Francmaçonnerie (Paris, 1884); R. Ch. N., Maçonnerie et jésuitisme. Essai critique (Carthagène, 1884); Émile Peter, L´Egalité sociale ou les Jésuites et les Francs-Maçons dans le gouvernement des peuples depuis leur origine jusqu´à nos jours (Paris, 1893).

D’autre part, les plus de 2000 documents contre la franc-maçonnerie émanant du Vatican pendant les pontificats de Pie IX et Léon XIII à la suite de la perte des États pontificaux, et surtout de la fameuse fraude de Léo Taxil (Gabriel A. Jogand -Pagès) a amené les jésuites à s’impliquer dans l’un des cas les plus grotesques de la lutte entre l’Église catholique et la franc-maçonnerie, ce qui donnerait naissance à la légende du satanisme dans la franc-maçonnerie si exploitée par la dernière presse jésuite. Jésuites, comme l’archevêque de Port-Louis (Maurice), Sébastian Louis Meurin, l’un des disciples les plus fidèles et les plus ivres de Leo Taxil, qui a écrit un livre horrible:La Francmaçonnerie Synagogue de Satan (Paris, 1893), ou comme les éditeurs de La Civiltà Cattolica .

Dans la première moitié du XXe siècle, on peut dire qu’en termes généraux, le même schéma d’accusations et de reproches mutuels est suivi, comme le montrent non seulement les magazines maçonniques et jésuites, mais aussi d’autres publications plus spécifiques dans lesquelles il continue. abordant le binôme jésuite-franc-maçons à partir de différentes options, telles que les anonymes: La Compagnia di Gesù e la Massoneria. Per la lotta contro la Associazioni Segrete (Rome, 1924); Les Jésuites dans la Maçonnerie et les Papes Francs-Maçons (Ostende, 1927); G. Cardon Sind Jesuiten Freimaurer?(Kevelaer, 1934); M. Dupons: I misteri Della Compagnia di Gesù e Della Massoneria (Florence, 1905); Walter Loehde: Ein Kaiserschwindel der « hohen » Politik. Abschnitte aus dem Ringen um die Weltherrschaft zwischen dem Jesuitismus und der Freimaurerei (Munich, 1941); M. Limpius Lowell: Le jésuite qui a découvert nos secrets (New York, 1957); Salvatore Paternò, Gl´inseparabili Gesuiti e Massoni (Palerme, 1920).

Cependant, la seconde moitié du XXe siècle a vu un changement d’attitude surtout depuis Vatican II (JA Ferrer Benimeli, Franc – maçonnerie après le Concile [Barcelone, 1968]). Le dialogue établi par des francs-maçons qualifiés et des jésuites d’Italie, de France, de Belgique, d’Espagne, du Brésil, du Canada, d’Allemagne, des États-Unis, particulièrement préoccupés par le problème, a conduit à une meilleure connaissance et compréhension mutuelle visant à essayer de clarifier et de résoudre un problème séculier.

 Extrait de: JA Ferrer Benimeli, voix « Maçonnerie », dans Dictionnaire historique de la Compagnie de Jésus , édité par Charles E. O´NEILL et Joaquim Mª DOMÍNGUEZ, Roma-Madrid, 2001, vol II, pp. 2557-2563.  

Author

Frère Jérôme

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs avec un astérisque sont obligatoires.